Afin d’optimiser l’isolation des murs et la toiture du logement, la pose d’un pare-vapeur est un passage obligé. Cette membrane constitue une couche d’étanchéité permettant d’empêcher la stagnation et le passage de la vapeur d’eau dans les parois d’une maison. Aperçu sur les atouts de ce matériau isolant.

Pourquoi opter pour la pose d’un pare-vapeur ?

 

Généralement installée sur les surfaces intérieures telles que le plafond ou le mur, cette membrane isolante permet avant tout de renforcer l’isolation du domicile. En effet, son rôle principal consiste à obtenir une structure fiable grâce à une isolation thermique protégée et un air immobile. Ainsi, l’enveloppe d’une habitation étanche à l’air réduit la facture de chauffage et offre une protection optimale du climat extérieur, qu’il soit froid ou chaud. De plus, ce produit garantit une protection supplémentaire entre la charpente et le matériau de couverture.

 

Par ailleurs, il s’agit d’un système facile à mettre en place. En outre, le pare vapeur assure aussi une protection maximale contre les moisissures. Ces éléments se produisent suite à l’utilisation de toilette, de la cuisine, de la salle de bain, et bien d’autres activités au quotidien et favorisent l’humidité dans l’habitat. En plus de la température de l’air ambiant.

 

En hiver par exemple, l’air se rapproche de l’extérieur et se refroidit. Ce qui provoque ainsi la condensation de la vapeur et crée une buée sur les parois ou un point de rosée sur celles-ci. Pour éviter ces désagréments, il est plus judicieux de procéder à la mise en œuvre d’un frein-vapeur par un professionnel en la matière.

Comment se déroule la mise en œuvre de ce produit isolant ?

 

L’installation de la membrane d’étanchéité sur un chantier en ouate de cellulose par exemple, requiert des techniques spécifiques. Elle se place à la perpendiculaire des chevrons. Ensuite, il faut poser des rubans adhésifs et les recouvrir sur une largeur de 10 cm environ sur le chevron. Pour les supports en métal, il est recommandé d’utiliser un ruban adhésif double face ou une colle contact de type mastic-colle écologique. Puis, pour envelopper les joints, il suffit de se munir de rubans de type airstop. Avant d’insuffler de la ouate, il faut fixer une latte de bois sur le collage du joint afin d’alléger les points de colle.

 

Toutes ces étapes sont compliquées pour un simple bricoleur. En effet, la moindre erreur peut avoir un impact sur la bonne étanchéité à l’air requise par la réglementation thermique. Un spécialiste, lui, met un point d’honneur à soigner l’étanchéité au niveau de chacun des joints de l’isolant. Il vérifie notamment le raccord entre lés et la bande adhésive, le raccord à la maçonnerie et le mastic adapté, etc. Parce que chaque client est unique, il est en mesure de conseiller sur le choix de la membrane la plus appropriée en fonction du projet.