Pour pouvoir créer une entreprise de bâtiment, il faut absolument réunir des conditions préalables qui sont d’ordre technique, financière et aussi administrative. Par exemple, il faut répondre à des critères prérequis de formation professionnelle. Puis, il est important de faire une déclaration d’immatriculation au greffe du tribunal de commerce. Toutefois, bien des gens ignorent encore ces différentes étapes. Ainsi, dans le but de les aider dans leur projet entrepreneurial, voici un document présentant les obligations nécessaires à la formation d’une société de BTP.

Les obligations principales pour la fondation d’une société de bâtiment

Tout d’abord, la règle à suivre pour parvenir à créer sa propre compagnie de BTP, c’est de disposer d’une compétence dans le domaine de la construction et de l’aménagement territorial. Cela peut être une expérience probante en termes d’immobilier ou tout au moins un diplôme en bâtiments et travaux publics. Ensuite, il est exigé de souscrire une assurance décennale qui aura pour but de couvrir tous les risques périlleux de l’achèvement des chantiers. Cela permet de protéger la société contre d’éventuels dégâts de force majeure comme le cataclysme naturel, une guerre civile, etc.

L’étape suivante consiste à réaliser un prévisionnel de l’entreprise. Ce système signifie qu’il faut préalablement évaluer des coûts financiers utiles pour le bon déroulement des constructions. Par exemple, le chiffre d’affaires prévisionnel, les charges et investissements probables, ainsi que le recrutement du personnel ouvrier.

En dernier lieu, il faut également choisir le statut juridique de la compagnie : SARL (société à responsabilité limitée), EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée), SA (société anonyme), SNC (société en nom collectif), etc.

Qu’est-ce que le Kbis et à quoi sert-il ?

Après avoir établi toutes ces conditions, il est maintenant temps de procéder aux formalités administratives. Pour ce faire, l’entrepreneur est tenu de demander l’immatriculation de l’entreprise auprès du tribunal de commerce du lieu de l’établissement de la société. Cette démarche permet notamment d’obtenir son extrait Kbis pour justifier l’existence effective de la compagnie sur le marché commercial. En savoir plus sur www.extrait-kbis.info.

 

Le Kbis est défini comme étant la pièce d’identité de la société. Il énonce des informations essentielles comme le sigle ou nom de la société, sa forme juridique, sa durée de validité, son siège social, son numéro SIREN et aussi sa date de création.

Le premier avantage issu d’un extrait Kbis c’est principalement de gagner la confiance des associés. En effet, la régularité des papiers juridiques conditionne l’approbation des partenaires économiques pour conclure un contrat de collaboration ou un achat de marchandises. Ensuite, le fait de posséder un tel document permet aussi d’ouvrir un compte bancaire professionnel auprès d’un établissement de crédit certifié. En effet, la majorité des banques exigent la présentation de ce document pour s’assurer de la conformité ainsi que de la solvabilité de la société en termes financiers.