Dans bon nombre de cas, acquérir un logement dans l’ancien nécessite la réalisation de travaux de rénovation plus ou moins importants. S’ils sont tous identifiés, trouver un financement adéquat est une autre affaire. Il est possible de solliciter les aides de l’État ou de recourir à un prêt bancaire. Explications.

Souscrire un crédit travaux pour financer les travaux de rénovation

Le crédit travaux est une des solutions adaptées pour financer les travaux de rénovation. Il s’agit d’un prêt à la consommation proposé par les banques dont le montant maximal peut s’élever jusqu’à 75.000 euros. Pour trouver la meilleure offre de crédit travaux, il est conseillé de réaliser un comparatif de crédit en ligne.
Avant d’accorder ce crédit, les banques étudient généralement le taux d’endettement de l’emprunteur ainsi que ses capacités de remboursement. Par ailleurs, le crédit travaux est un prêt affecté. C’est-à-dire que l’emprunteur est dans l’obligation de présenter les factures de prestation pour que les fonds soient débloqués. Dans ce cas, le montant accordé sera celui qui figure sur les factures.
Avec un crédit immobilier, il est également possible de financer les travaux de rénovation. Pour cela, le montant du crédit sera essentiellement destiné à faire l’acquisition du bien immobilier tandis que le montant des apports va financer les travaux. Le grand avantage d’un prêt immobilier est le fait qu’il présente souvent un taux d’intérêt nettement inférieur par rapport à celui d’un crédit travaux.

Solliciter les aides de l’État pour financer les travaux de rénovation

Il est conseillé de se renseigner sur les aides de l’État sur les travaux de rénovation avant de se tourner vers les banques pour trouver le financement adapté. Et l’État a prévu tout un panel d’aides à l’endroit des accédants en quête de financement de travaux de rénovation.
Tout d’abord, il y a les crédits d’impôt. Le CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique) figure parmi ces mesures. Il permet de réaliser une déduction fiscale pouvant aller jusqu’à 30 % du montant des travaux, notamment s’ils concernent la rénovation énergétique (isolation, achat de matériels, etc.). Le CITE est plafonné à 8000 euros par personne.
L’ANAH, l’agence nationale de l’habitat, prévoit également des aides financières sous forme de subventions pour les travaux de rénovation. Elles sont gérées au niveau local. Le montant pouvant être accordé peut aller jusqu’à 25.000 euros. Toutefois, les subventions de l’ANAH ne concernent que les logements qui ont plus de 15 ans.
Enfin, l’Eco-PTZ est aussi un dispositif de l’État pour venir en aide à ceux qui cherchent un financement pour les travaux de rénovation. Il s’agit d’un prêt à taux zéro dont le montant peut aller jusqu’à 30.000 euros. L’Eco-PTZ est uniquement destiné à financer les travaux portant sur la rénovation énergétique (isolation, chauffage à énergie renouvelable, etc.). Toutefois, si l’emprunteur réalise au moins deux travaux éligibles pour l’Eco-PTZ, il peut solliciter un financement pour des travaux complémentaires.