Les démarches importantes à faire pour obtenir une déclaration préalable garage

Votre garage est étroit et rempli d’objets inutiles ? Il est temps pour vous de faire une petite réhabilitation et d’envisager d’agrandir le garage. L’extension de ce dernier vous permet d’avoir un emplacement plus grand qui puisse contenir jusqu’à deux voitures. Par contre, l’accomplissement des travaux ne peuvent pas débuter sans une autorisation, à savoir le permis de construire ou la déclaration préalable de travaux. Ces deux procédures ne sont pas toujours évidentes pour chacun d’entre nous, alors comment savoir si on doit avoir un permis ou une déclaration préalable ?

Comment savoir s’il nous faut un permis de construire ou une déclaration pour un garage ?

L’extension d’un garage signifie qu’il y a déjà une construction existante. En général, l’autorisation change de permis en déclaration selon l’ampleur des surfaces envisagées. En effet, il faut d’abord savoir la surface existante et celle que vous voulez construire. C’est en dépend de cela que vous saurez s’il faut un permis ou une déclaration préalable de travaux. Une fois que vous saurez ce qu’il vous faut, vous devez fournir des dossiers et remplir quelques formulaires comme les pièces graphiques, les plans et autres.

Les formalités à suivre pour l’agrandissement d’un garage

Les formalités d’urbanisme change au fur et à mesure de l’importance de la surface de plancher et de l’emprise au sol à construire. En effet, toutes modifications de l’extérieur d’un bâtiment nécessitent une déclaration préalable de travaux, ce décret est visible dans l’article R421-17 du code de l’urbanisme. Une déclaration est aussi obligatoire lorsque votre projet d’agrandissement est inférieur à 40 m2 de surface de plancher ou d’emprise au sol. Par ailleurs, si votre conception dépasse le seuil de 40 m2surface de plancher ou d’emprise au sol, il vous faut un permis de construire.

Pour un emplacement de stationnement à un garage existant : quels sont les formalités à faire ?

Un emplacement de stationnement à un garage existant, clos et couverts, est considéré de l’emprise au sol et de la surface taxable, tandis qu’un emplacement de stationnement se situant sous un abri voiture développement de l’emprise au sol sans créer de surface taxable. Dans ces cas multiples, vous pouvez choisir les constructions que vous voulez réaliser. Par ailleurs, avant de se lancer à la conception, il est conseillé de se renseigner auprès des responsables ou engager un architecte. De ce fait, vous ne serez pas perdus dans les étapes à suivre.

Comment effectuer un espace de stationnement sur un garage existant ?

Pour mieux vous diriger, voici quelques étapes nécessaires afin de bien construire votre espace d’emplacement. Premièrement, un agrandissement des structures du garage en vue d’accueillir un ou plusieurs véhicules supplémentaires : dans ce cas, l’extension forme à la fois de la surface taxable (s’il s’agit d’un bâtiment clos et couvert) et de l’emprise au sol. Elle ne développe pas de surface de plancher. Deuxièmement, l’ajout en façade d’un abri pour véhicule, comme un appentis ou un auvent : les installations en façade développent de l’emprise au sol dès lors qu’elles sont maintenues au sol par des poteaux de soutien. Dans tous les cas, elles ne développent ni surface taxable ni surface de plancher, car elles sont ouvertes vers l’extérieur.